Quels impacts économiques de la pandémie du Covid sur la Mauritanie?

L’ ex ministre et diplomate Ahmedou Ould Abdallah s’est appesanti dans une interview accordée à «rmibiladi », sur les éventuelles pertes économiques que la Mauritanie pourra connaitre en raison des mesures préventives prises par les autorités de Nouakchott pour empêcher la propagation de la pandémie du Coronavirus.

Ould-Abdallah, ex Envoyé Spécial de l’ONU au niveau de plusieurs Etats, estime que les investissements directs en Mauritanie seront faibles ou reportés à l’instar du projet d’extraction du gaz.

“Ainsi, les Investissements -Directs Etrangers – IDE – seront-ils ou plus faibles ou différés. Notre projet phare de gaz naturel Ahmeyim tombe dans cette catégorie. Heureusement, il est entre les mains de BP, un géant qui a connu et bien géré des cas plus graves. Mieux, la crise et d’autres facteurs ont ramené les hydrocarbures à de très bas prix, autour de 30 USD le baril. Pas si mauvais pour notre pays”, a-t-il dit.

“Les transferts de fonds effectués par nos commerçants et travailleurs établis à l’extérieur seront atteints. Souvent informels, ils vont directement aux familles des intéressés. Autre perte, le tourisme souffrira davantage qu’avec le terrorisme, réduisant revenus et emplois”, a-t-il ajouté..

“Face à ces difficultés, il y existe des raisons de garder un optimisme fut-il prudent. D’abord, notre production d’or, formelle et informelle, reste importante et augmente. Une valeur refuge actuellement cotée à plus de 1700 USD l’once. La production du fer restera liée à la reprise de l’économie mondiale et particulièrement celle de la Chine. Par ailleurs, le secteur de la pèche de surface et de fond, produit de qualité, devrait reprendre, tout comme les exportations de bétail sur pieds, dès la fin des confinements”. a-t-il poursuivi.

“Certes, il faut vendre pour générer des revenus mais il faut aussi éviter les gaspillages et les déperditions des fonds par gestion hasardeuse ou par déficit de transparence. Dieu sait pourtant que le pays dispose de bonnes expertises dans les domaines miniers en particulier”, a-t-il assuré.

“En définitive, au-delà de la crise du Covid-19, tout le monde a besoin de tout le monde pour produire, vendre et acheter. Notre pays doit y être prêt dès la fin des confinements”, a-t-il indiqué.

SOURECE

http://www.rmibiladi.com/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=3297:ahmedou-ould-abdallah-a-biladi–diriger-un-etat-nest-pas-un-butin-de-guerre&catid=4:interviews&Itemid=5

مقالات ذات صلة

اترك رد

زر الذهاب إلى الأعلى
إغلاق