Pandora papers -Mauritanie : La montagne accouche d’une souris

S’il y a une quelconque crédibilité à accorder aux investigations réalisées en ce début de mois d’octobre, par Pandora papers, ayant révélé des scandales retentissants survenus ces dernières années, de par le monde, ce n’est incontestablement pas le cas de la partie de ces enquêtes, montée de toutes pièces relative à la Mauritanie et plus particulièrement à l’éminent homme d’affaires Abass Bougharbal et son fils Moulaye, le propriètaire du Club Fc Nouadhibou, dont les intégrités ne font l’objet d’aucun doute.

 

Hommes réputés par leur mécénant, leur engagement illimité dans le social et économique dont les milliers d’opportunités d’emploi créées par leurs sociétés au profit des citoyens mauritaniens, les Bougharbal, n’avaient réellement dit pas de place dans une mare de prévaricateurs.

 

Prise de suspens depuis quelques jours par la publication imminente de ces enquêtes, qui ont éclaboussé plus d’un Chef d’Etat africain et du monde, l’opinion mauritanienne a été profondément choquée de par les contrevérités rapportées sur le pays et ses bienfaiteurs et qui semblent avoir, non seulement passer à côté de la plaque, mais privilégié aussi le sensationnel à l’authentique.

 

En effet, au lieu de citer un ancien président, un ex ou actuel ministre, un député ou un Chef de parti, dans un pays où le dossier de corruption est roi et prend le devant de l’actualité, mobilisant tout l’appareil judiciaire depuis quelques mois, Pandora papers, a fait table rase de la vraie corruption qui a mis à genoux ce pays, pour présenter sans succès des hommes d’affaires propres dans des sales draps.

 

Une manœuvre qui a mal fonctionné et qui n’a fait que donner le résultat contraire, détournant les mauritaniens de la lecture des milliers de pages des dites investigations, après avoir eu la conviction, qu’’étant bâties sur du faux pour le cas mauritanien, tous les autres scandales ont de fortes chances à être déconnectés de la réalité.

 

Oui les mauritaniens sont restés sur leur faim par rapport à ces enquêtes, dés lors où ils ont passé sous silence, peut être expressément, les vrais scandales qui secouent ce pays et qui sont au centre des discussions des salons nouakchottois, des thés sous les khaimas et dans les rassemblements.

 

Oui la montage a accouché d’une souris sommes nous en droit de dire puisque ce qui devait être révélé sur la Mauritanie comme corruption ne l’a pas été et Bougherbal plus mauritanien que les mauritaniens, s’est bien prêté à cet adage populaire de chez nous « El mavih Ladham ma ghadi lou », autrement dit, celui qui n’a rien à se reprocher n’a rien à craindre.

 

Du coup les présumées révélations de Pandora papers sur la Mauritanie, n’avaient pas survenu à la première journée de diffusion, en raison de caractère d’enquêtes improvisées qui n’ont pas allé à l’essentiel.

 

 

 

alwiam.info la redaction

مقالات ذات صلة

اترك رد

زر الذهاب إلى الأعلى
%d مدونون معجبون بهذه: